Professions de la psychologie

Vers une renaturalisation des inégalités sociales à l’école ? Les jeunes face aux pathologies scolaires. (Canal U)

Publié le Mis à jour le

logo_2016Depuis quelques années, les difficultés scolaires sont soumises à une forme de « re-naturalisation », à travers l’apparition et le développement de pathologies scolaires, telles que la dyslexie, la dyspraxie, ou encore la précocité intellectuelle. Ces phénomènes ont inspiré un certain nombre de travaux sociologiques récents (Garcia, 2013 ; Lignier, 2012 ; Morel, 2014), qui contribuent à montrer que ces pathologies demeurent socialement déterminées et que leur nombre croissant correspond moins à leur nouveauté qu’à un étiquetage médical ou psychologique plus fréquent. Lire la suite »

Les manageurs découvrent les neurosciences

Publié le Mis à jour le

a069012_7063-1u5z1il-dtt0gLe neuromanagement s’intéresse à la motivation, au bien-être ou encore à l’innovation. Le Monde économie, 08.01.2018, par Gaëlle Picut. Lire la suite »

Les neurosciences, la psychologie et l’éducation

Publié le Mis à jour le

9e47351_30813-1mpzy20Depuis quelques années, les neurosciences sont au centre de débats. La nomination par Jean-Michel Blanquer d’un Conseil scientifique de l’Education nationale les a relancé. La capacité neurosciences à améliorer les méthodes pédagogiques est particulièrement discutée. Nous proposons un choix d’articles parus dans Le Monde qui rend ent compte de ces débats. Lire la suite »

De l’orientation professionnelle à l’orientation scolaire. L’Association générale des orienteurs de France (AGOF) et la construction de la profession de conseiller d’orientation (1931-1956) – Jérôme Martin

Publié le Mis à jour le

HDLApparues en France au début du XXe siècle, les associations dites « de spécialistes », principalement composées d’enseignants du secondaire d’une même discipline, se placent à la croisée des terrains corporatiste – défense des intérêts particuliers d’une catégorie d’enseignants – et pédagogique – défense et promotion d’une discipline. Lire la suite »

A quoi ressemble la première année d’études de psychologie ? (Le Monde)

Publié le Mis à jour le

A quoi ressemble la première année d’études de psychologie ? 

Difficile pour les futurs bacheliers de se projeter dans une première année de psychologie, matière qui n’existe pas au lycée. C’est cependant l’une des filières les plus demandées sur la plate-forme admission postbac (APB) : elle a attiré plus de 7 % des nouveaux inscrits à l’université à la rentrée 2014, d’après le ministère de l’enseignement supérieur. Lire la suite »

André Le Gall, « La psychologie scolaire a dès maintenant fait ses preuves », 1950

Publié le Mis à jour le

André Le Gall, « La psychologie scolaire a dès maintenant fait ses preuves et conquis droit de cité », Le Monde, mercredi 27 décembre 1950

Depuis plusieurs années la psychologie était déjà entrée dans la pratique. Des novateurs avaient vers 1925 créé dans leurs entreprises des embryons de sélection professionnelle. Les services spécialisés qui président à l’embauchage des conducteurs de la S.N.C.F. ou du métro sont bien connus. On peut dire qu’il n’est guère d’entreprise importante qui ne soit dotée maintenant, ou ne songe à se doter, d’un service psychotechnique et psychologique. Celles qui en ont fait l’expérience savent le large bénéfice pratique et humain qu’elles ont retiré de ces organismes. L’orientation professionnelle, officiellement organisée en 1938, ressortit elle aussi à la même préoccupation. Lire la suite »

Faut-il rétablir l’enseignement de la psychologie au lycée ?

Publié le Mis à jour le

Peut-on se passer de la psychologie ? Certainement pas. La psychologie contemporaine est mobilisée par de nombreux métiers, depuis le commerce jusqu’aux soins ou à l’enseignement et elle constitue un domaine scientifique en pleine expansion. Pourtant elle a totalement disparu des programmes du lycée depuis 2003 dans une certaine indifférence. Agnès Florin, professeure de psychologie, avec la Fédération française des Psychologues et de Psychologie interviennent auprès du ministère de l’éducation pour son retour. Elle nous dit pourquoi. Lire la suite »

Congrès national de l’Association Française des Psychologues de l’Education Nationale

Publié le Mis à jour le

arton484Un corps unique de psychologues de la maternelle à l’enseignement supérieur

Madame la ministre Vallaud-Belkacem a prononcé un discours lors du congrès national de l’AFPEN samedi 26 octobre, dans le cadre du nouveau statut des psychologues de l’EN.

 

Enquête nationale 2013 de la Fédération des CMPP

Publié le Mis à jour le

fc104-fdcmpp-logo-cmjnLa Fédération des  Centres Médico Psycho Pédagogiques propose en ligne le questionnaire de l’Enquête nationale 2013 , le courrier d’accompagnement de l’équipe de la Commission Psychopédagogie et de la Présidente FDCMPP et les résultats de l’enquête et leur analyse.

Consulter la page ici.

Stanislas Morel, La médicalisation de l’échec scolaire

Publié le Mis à jour le

9782843032554La médicalisation de l’échec scolaire
Stanislas Morel
Phobie scolaire, dyslexie, précocité intellectuelle, hyperactivité : les enseignants et les professionnels du soin sont aujourd’hui submergés par les demandes de traitement de « difficultés scolaires » imputées à un ensemble de plus en plus étendu de « troubles ». Comment expliquer cette manière de concevoir l’échec scolaire comme un problème strictement individuel et de nature psychologique ou médicale ?
Dans cette enquête, l’auteur, maître de conférences en sociologie, questionne la médicalisation de l’échec scolaire et montre pourquoi ces diagnostics et les traitements qui les accompagnent paraissent de plus en plus naturels. Il analyse la contribution respective des scientifiques et des professionnels du soin, des hauts fonctionnaires et des experts des questions scolaires, des familles et des associations de parents, de l’école et des enseignants, à la construction de cette prétendue évidence.
Cet ouvrage éclaire d’un nouveau jour les inégalités à l’école, et interroge la situation d’une institution en passe de perdre la main sur la résolution collective du problème de l’échec scolaire.

Plus de détails ici